Rusmedia – la chaine d’info de Euro-Rus

Pour une grande Europe, de Gibraltar à Vladivostok !

Qu’est-ce qu’Euro-Rus ?

Euro-Rus est le nom d’une association qui s’est fixé comme objet la promotion d’un axe tel que celui qu’on a appelé l’Axe Paris-Berlin-Moscou.Euro-Rus part du constat que la domination qu’exercent sur la planète les ‘gouvernements américains’ successifs a un effet néfaste sur l’ensemble des cultures du monde et donc également sur les cultures européennes.

 

Le contenu du concept ‘gouvernement américain n’est toutefois pas à assimiler à celui de peuple américain. Les Américains d’origine européenne –comme les autres- payent eux aussi comme le reste du monde d’un prix exorbitant la société multiculturelle américaine qui leur est imposée.Lorsque nous parlons de ‘gouvernement américain’, nous évoquons les éléments pernicieux qui animent les loges, lobbies et équipes gouvernementales, les financiers internationaux et les spéculateurs. Nous songeons aux Skull & Bones, aux Bilderbergers, au Council of Foreign Relations, à la Commission Trilatérale, etc.La domination qu’exerce sur le monde la finance internationale est extrêmement néfaste pour les cultures de nos divers peuples européens. Ceci est également vrai de la Grande-Bretagne, qui se présente comme la vassale des puissants lobbies américains. Ils règnent sur la Grande-Bretagne comme sur les Etats-Unis. Les peuples anglais, écossais, irlandais, gallois sont les victimes de ces lobbies qui ont établi leurs quartiers en Grande-Bretagne. La politique de la Grande-Bretagne aux ordres de la finance mondialiste s’est toujours attachée à ruiner les intérêts européens.

 

La seule manière d’élever une digue contre la pression de la finance mondialiste, c’est d’édifier une Europe forte, une Europe des peuples européens, une Europe réelle. Une telle Europe, forte et libre, ne peut se construire que sur un axe Moscou-Berlin-Paris. C’est sur cette seule réalité géopolitique que l’Europe peut véritablement recouvrer sa liberté. Euro-Rus entend promouvoir l’amitié entre tous les peuples européens de Gibraltar à Vladivostok. Les peuples européens doivent sans exception pouvoir décider de ce qui fait leur bien, avec comme seule limite les dissensions au sein de l’Europe.Nous, les Européens d’origine indo-européenne, nous nous trouvons aujourd’hui au début d’une période critique : parviendrons-nous à survivre ou non ? L’évolution démographique paraît jouer en notre défaveur. Les démographes prédisent dans les vingt ans à venir une marée de rien moins que cinq cents millions d’immigrants venus d’Afrique et d’Asie. Cette immigration, combinée à la tendance de notre population de souche à n’avoir pratiquement plus d’enfants, déboucherait sur un effondrement certain.

 

L’Europe, au cours de son histoire, a connu bien des guerres. Nombre d’entre elles ont été suscitées par la finance internationale. La plus sanglante a été la Seconde Guerre Mondiale. Les peuples européens en sont au point où ils ne peuvent plus se permettre de guerre en Europe. Ils doivent se tendre la main s’il veulent être en mesure d’affronter les défis de l’avenir proche. Allons-nous à nouveau sacrifier nos énergies à nous éliminer les uns les autres et une fois encore sur les injonctions de la finance mondialiste ?La Russie est un facteur de première importance dans cet axe européen. Durant plusieurs générations, ce pays européen à représenté l’ennemi pour l’Occident, dont les media répandaient les récits les plus horribles sur ce qui se passait en Europe de l’est, où en retour étaient répandus sur notre compte des récits non moins hostiles. De part et d’autre, le Rideau de fer a été autre chose qu’une frontière. Par le fait de la Seconde Guerre Mondiale, la puissance de l’Europe s’est réduite à quelques chapitres dans les livres d’histoire. On doit se demander à qui a profité (et profite) les nombreuses guerre européennes.

 

Aujourd’hui, l’Europe est encore toujours divisée en deux camps : d’une part la zone d’influence américaine et, d’autre part, la Russie, qui est visiblement une épine dans le pied des lobbies anglo-saxons et de la finance mondialiste. C’est pourquoi ils ne laissent passer aucune occasion de présenter la Russie sous un jour odieux, de manière à opposer les Européens de l’ouest aux Européens de l’est, comme aux bons temps de la guerre froide. Il n’y a simplement que le Mur de la Honte qui a été reculé de quelques centaines de kilomètres vers l’est. On peut se demander : ‘Pourquoi la Russie et pas l’Amérique ?’ Ceux qui ont fait le choix de l’Axe Atlantique, ou de l’Occident -c’est-à-dire les Etats-Unis, l’Europe de l’ouest et Israël ou l’Axe Washington-Bruxelles-Tel Aviv- voient dans le grand pays outremer, les Etats-Unis, la bouée de l’ultime salut. Mais nous savons bien qu’il ne subsiste pas grand-chose de cette mythique liberté.- Aux Etats-Unis, les puissances économiques soutiennent les deux partis de la démocratie et contrôlent dans tous les cas celui qui l’emporte. Le prix de l’opération est payé par le peuple américain.- En Europe de l’ouest, la liberté d’expression a été limitée par des lois et, sur l’immigration et sur l’histoire, il n’y a plus qu’une seule pensée qui soit autorisée.- Israël traite ses voisins comme de la racaille hors la loi.

 

C’est pour ces motifs que nous rejetons l’Axe Atlantique qui est un axe d’oppression. Au contraire, l’Axe Européen -c’est-à-dire l’Europe occidentale, centrale et orientale- est celui des plus grandes chances pour la liberté. Pour l’Axe Atlantique, liberticide, la Russie est qualifiée d’anti-démocratique. Pour les Atlantistes, la démocratie est le droit de piller impunément les ressources naturelles de la terre et d’exploiter sans limite les peuples du monde. Cette démocratie là, nous n’en voulons pas, car il existe une autre forme de démocratie, celle qui est pratiquée en Russie, où on trouve encore librement toutes sortes de littérature qui, en Europe occidentale, vous valent amendes et prison. La critique historique est encore libre en Russie et la plupart des Russes sont encore attachés à leur pays et à leur peuple. Ils connaissent son histoire, ses héros et ses bourreaux. Ils aiment ses traditions et ses chants et ils détestent tout ce qui l’avilit. Ce n’est pas un hasard si leur président est très populaire.L’Europe de l’ouest a l’Allemagne comme pays prédominant, qui lui apporte l’ordre. L’Europe de l’est a comme pays prédominant la Russie, qui lui apporte la foi et les traditions. Il y en a pour dire ‘l’Allemagne est le corps et la Russie est l’âme’. Ensemble avec tous ces pays, l’Europe ne peut que redevenir grande. Compris dans cet Axe Européen, chaque pays et chaque peuple est également important. Le symbole de cette Europe, c’est l’aigle à deux têtes qui regarde à la fois vers l’ouest et vers l’est, mais qui n’a qu’un seul tronc. L’Axe Européen est le seul qui puisse faire que l’Europe reste européenne.

 

Une Grande Europe, de Gibraltar à Vladivostok !

 

De tout cœur,

Kris Roman,

 

Euro-Rus

 
%d blogueurs aiment cette page :